Maîtriser ses stocks et la disponibilité de ses produits ?

Linéaire de produits d’éclairage. On y voit un stock bien rangé, aucune rupture, un stock libre-service et un facing très lisible.

La gestion des stocks : définition et enjeux 

L’acquisition et l’entreposage des stocks représentent un coût important pour les entreprises. C’est pourquoi, il est essentiel pour assurer la pérennité de l’entreprise, d’avoir une bonne gestion des stocks. Pour cela, l’entreprise doit déterminer :

  • quand s’approvisionner
  • les quantités à acheter

Cette gestion est indispensable pour honorer toutes les demandes clients.

Eviter le sous-stockage

Si le stock n’est pas assez important, on parle de rupture de stock ou de sous-stockage. Si l’entreprise a un produit non-disponible lors d’une vente, une rupture de stock a un impact négatif sur le taux de service. Cela peut engendrer une perte des clients et acheteurs de l’entreprise, qui se tournent vers la concurrence.

Ce produit est en rupture de stock à Caen alors que d’habitude on trouve au moins une dizaine de pièces par magasin.

Eviter le surstockage

Maintenir un niveau de produits trop élevé entraîne des coûts très importants (Logistique, immobilisation …) qui pèsent lourd dans les comptes d’exploitation. De plus, un volume mal contrôlé engendre un risque de devenir obsolètes ou bien de mal vieillir.

On voit sur la carte, un magasin qui a dix fois plus de stocks que les magasins voisins. Un surstock qui va prendre de la place au détriment d’autres produits dans le magasin. C’est aussi le risque de provoquer des ruptures dans les autres magasins de la chaîne.

Comment bien gérer ses stocks?

Seuil de sécurité et d’alerte.

Seuil de sécurité (SS) : il vise à éviter la rupture de stock. Il correspond à une quantité minimale à détenir pour faire face à la demande. Quand le seuil de sécurité est atteint, on déclenche le point de commande si aucun Seuil d’Alerte (SA) n’est défini. Pour être efficace, le seuil de sécurité doit tenir compte des délais de réapprovisionnement. Plus le délai est long, plus le stock de sécurité est élevé et inversement.

Seuil d’alerte (SA) : c’est le stock qui déclenche la commande, il est égal à stock minimum + stock de sécurité.  Le stock minimum (SM) : c’est le stock qui correspond aux ventes pendant les délais de livraison. Par exemple, un fournisseur demande une semaine de livraison. Si les ventes d’un article sont de 20 pièces par semaine, c’est le stock minimum. Si le magasin commande alors qu’il en reste que 15 pièces, il sera en rupture de stock avant la fin de la semaine.

La répartitions de vos stocks …

Pour mieux suivre vos produits stockés, Retail Shake géolocalise vos stocks. Vous pouvez voir sur la carte, ceux qui sont présents dans chaque magasin. Pour avoir une meilleure visibilité, vous pouvez filtrer en fonction de vos besoins (produit en rupture ou inférieur à tel nombre de pièces).

Capture d’écran de notre outil pour la suspension Townshend de la marque Eglo. On voit la quantité de stocks de ce produit présente dans chaque magasin.

Vous êtes alertés en temps réel, sur la quantité et la valeur de vos stocks ainsi que les magasins qui sont en rupture. Ces informations sont indiquées pour chacun des produits.

Capture écran de notre outils pour connaître les stocks et les valeurs stocks de chacun de vos produits.

Retail Shake vous aide à localiser vos stocks, détecter les ruptures ou ceux qui sont restants. Vous êtes ensuite maître dans vos décisions : arbitrages de livraisons, équilibrages de stock dans une zone géographique, déstockage ou encore logistique inversée (reverse logistics).

Pour savoir où sont distribués vos produits, nous vous invitons à lire cet article : Mais où sont vos produits?!? 

Vous souhaitez optimiser vos gammes, prendre rapidement les bonnes décisions et avoir une photo temps réel de votre espace concurrentiel ?

L’essentiel à savoir sur votre veille tarifaire.

Avant de commencer, une définition de la veille tarifaire.

La veille tarifaire est une technique permettant à une entreprise, un distributeur ou une marque de surveiller régulièrement ou en permanence les prix pratiqués par ses concurrents sur le marché.

Il convient de comparer ce qui est comparable : prix TTC ou prix HT, prix avec ou sans frais de port, prix avec ou sans services inclus (ex : Amazon Prime ou Fnac+), prix dégressifs sur les sites B2B, etc.

Dernier point : cette veille tarifaire s’applique sur qui est visible des consommateurs, à savoir les prix de vente. Mais n’oublions pas qu’un commerçant analyse en parallèle ses prix d’achat afin d’optimiser ses marges. La structure des marges est parfois complexe car elle induit des notions du back-office achat et juridique : coefficient commercial, marge sur vente (« marge avant »), RFA, boni, et autres marges conditionnelles (« marges arrières »). Nous verrons cela dans un autre article.

Importance de la veille tarifaire pour une entreprise.

Aujourd’hui, il est important pour les distributeurs et les marques de rester compétitifs. Pour cela, il faut savoir ajuster sa politique de prix sur les produits qu’ils commercialisent. Et ce quelque soit le canal de distribution, que ce soit en magasin ou via Internet. Autrement dit, pour prendre les bonnes décisions, les marques doivent en permanence faire de la veille tarifaire, pour surveiller l’évolution des tarifs pratiqués par les distributeurs de leurs produits. De leur côté les distributeurs doivent surveiller les prix pratiqués de leurs enseignes concurrentes.

La veille tarifaire est donc indispensable pour développer sa stratégie commerciale de manière plus efficace.

Les 6 étapes de la veille tarifaire :

  1. Définition du périmètre concurrentiel
  2. Collecte des données
  3. Correspondance des produits (matching)
  4. Analyse
  5. Prise de décision
  6. Passage à l’action

Etape 1 sur 6 : Définition du périmètre tarifaire

La première étape de la veille tarifaire est de définir son périmètre tarifaire. Retail Shake vous permet de suivre les enseignes ou les marques qui vous intéressent. Pour cela, il suffit de cliquer sur le bouton « SUIVRE ».

Suivre une enseigne (ici l’enseigne Castorama) avec l’outil Retail Shake

Etape 2 sur 6 : La collecte de données

Retail Shake propose une veille tarifaire intelligente. Nos robots scannent en temps réel les pages produits de ses clients et de leurs concurrents sur internet. Notre solution scanne 4500 marques et enseignes.

Par exemple, on trouve sur la photo ci-dessous les fiches produits d’une suspension de la marque Seynave dans 6 enseignes : Leroy Merlin Italy, Leroy Merlin France, Weldom et Brico. 

Les fiches produits d’une suspension de la marque Seynave dans l’outil Retail Shake.

Etape 3 sur 6 : Correspondance des produits (matching)

Notre intelligence artificielle récupère l’ensemble des catalogues produits commercialisés sur le marché. Puis elle établie automatiquement, une correspondances entre ces produits, c’est ce qu’on appelle le product matching. Pour cela, elle utilise les codes barres (GTIN, EAN, UPC), les références fournisseur et la reconnaissance des images. En cas de doute, Retail Shake calcule un score de similarité pour vérification.

Etape 4 sur 6 : L’analyse et vos indices de prix

Retail Shake calcule l’indice de prix pour votre enseigne et celui de vos concurrents. Vous êtes alors informés sur les enseignes concurrentes, le nombre de références communes avec elles ainsi que leurs indices prix.

Sur l’exemple ci-dessous, Retail Shake a calculé 48 indices prix pour Leroy Merlin. On remarque donc que l’enseigne ManoMano à 2828 références communes et un indice prix de +97.86 par rapport à Leroy Merlin.

Retail Shake a calculé 48 indices prix pour l’enseigne Leroy Merlin

Etape 5 sur 6 : Prise de décision

Une fois que l’on a collecté et analysé les informations sur sa veille tarifaire, on a de meilleures connaissances sur son environnement. Cependant, la veille tarifaire brute ne suffit pas pour prendre les bonnes décisions sur le court et long terme. Il faut croiser ça avec des aspects quantitatifs (stock et distribution numérique) et qualitatifs (avis clients, photos et textes, merchandising).

C’est en associant les 4 grands domaines du Marketing mix : produit, prix, communication et distribution, qu’une marque ou une enseigne est en capacité de prendre les bonnes décisions pour assurer son succès ou celui de son produit.

Exemples de prises de décisions liées à la l’analyse de la veille tarifaire :

  • Devoir baisser ces prix afin de rester compétitif.
  • Avoir l’opportunité d’augmenter ses tarifs en restant compétitif mais en augmentant ses marges commerciales.
  • Surveiller ses exclusivités et ses monopoles de distribution
  • Parfois, il sera crucial de renégocier les prix d’achat pour assurer votre compétitivité

Etape 6 sur 6 : Passage à l’action

Enfin, la dernière étape : Le passage à l’action. Le passage à l’action, c’est tout simplement les choses à faire dans le back office (centrale ou magasin). Le changement de prix, le référentiel produit (Product Information Management), ERP (catalogue electronique).

Vous souhaitez optimiser vos gammes, prendre rapidement les bonnes décisions et avoir une photo temps réel de votre espace concurrentiel ?

New Shopping Experience 2019

Retrouvez notre prototype « Recognize & Optimize » dans cette vidéo. Cette application permet à chaque conseiller en magasin d’être acteur de sa veille concurrentielle. Un simple scan du produit permet de se comparer en temps réel : prix, promotion, stock et merchandising. En d’autres mots, c’est du benchmark de marketing-mix à la portée de tous.